Lognes 77

 

 

 

  

       

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On a trouvé à Lognes des outils préhistoriques en silex, certains remontant à l'époque paléolithique.

Le nom de Lognes apparaît sous la forme Lauconia sylva (forêt de Lognes) lorsque le jeune roi Chilpéric II s'y fait assassiner, en 673, aux côtés de son épouse.

Un écart de Lognes, le Mandinet, est cité au début du XVe siècle. Il y avait là un château entouré de fossés qui appartint, au XVIIe siècle, à la famille de l'écrivain Paul Scarron.

Après la Révolution, le château est habité par Pierre Michel Nempde-Dupoyet, brillant général dans les campagnes de l'Empire avec Napoléon 1er.

Au XIXe siècle, le Mandinet appartient au banquier Ernest André, propriétaire aussi du domaine de Rentilly dans la commune voisine de Bussy-Saint-Martin. Son fils, Edouard André lui succède.

Avec son épouse Nélie Jacquemart Edouard André partage une passion pour les beaux-arts. A eux deux, ils rassemblent une magnifique collection d'œuvres au sein de leur hôtel particulier à Paris. A leur décès, demeure parisienne et collections sont léguées à l'Institut de France. A Paris, le musée Jacquemart-André ouvre ses portes au public, en 1913, perpétuant ainsi le souvenir de ces mécènes.

Après le départ de la famille André, le Mandinet devient la propriété de la famille Menier. Albert Menier y installe un haras pour son écurie de chevaux de course.

L'église est placée sous le vocable de saint Martin. Elle fut rebâtie au XVIIe et restaurée au XIXe par la famille Menier. Elle conserve des inscriptions en leur honneur et surtout une statuette en pierre, du XIVe siècle, de saint Martin.

CVM Connaissance du Val Maubuée 

Six communes en quête de leur passé

  http://cvm.asso.fr/

Copyright © 2004 CVM Connaissance du Val Maubuée

Tous droits réservés

© 2016 -2004